A la grâce de Marseille

Le soir, quand il y avait un souffle d’air, les gens allaient déambuler le long de la Canebière, la démarche lente, presque hésitante, assommés par la canicule, ou bien sortaient dans leurs cours, allumant des bougies à la citronnelle pour éloigner les moustiques agressifs, ou encore s’installaient aux terrasses des cafés. Nombreux étaient ceux qui,…

Marcher

Le marcheur est réduit à la seule puissance de son corps dans la jubilation de se sentir bien réel dans les pas accomplis et l’effort fourni. Il s’abandonne à l’espace environnant : il goûte le soleil ou la pluie, le vent, la neige ou la grêle. Il est confronté à un monde qu’il n’avait jamais…

Printemps

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !  Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire, Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !  Les peupliers, au bord des fleuves endormis,  Se courbent mollement comme de grandes palmes ;  L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;  Il semble…

Utopies réalistes

… se réapproprier le langage du progrès. Réformes ? Et comment ! Remanions de fond en comble le secteur financier. Forçons les banques à construire des réserves plus importantes, de sorte qu’elles ne s’effondrent pas à la prochaine crise. Fragmentons-les s’il le faut, pour que la prochaine fois les contribuables n’aient pas à payer la…

Et les migrants ?

Nôtre mer, qui n’êtes pas aux cieux Qui embrasse les rives De l’île et du monde Béni soit ton sel Bénies soient tes profondeurs Accueille sur les vagues Les pêcheurs sortis dans la nuit Leurs filets parmi les créatures Qu’ils reviennent au matin Avec les naufragés sauvés. . Erri de Luca Ce qui me semble…

Au tout début

I Nous sommes au tout début, vois-tu. Comme avant toute chose. Avec Mille et un rêves derrière nous et sans acte.   Rainer Maria Rilke Notes sur la mélodie des choses. 1898