du ciel vers la mer

Je comprends ici ce qu’on appelle gloire Le droit d’aimer sans mesureIl n’y a qu’un seul amour en ce monde :Étreindre un corps de femmeC’est aussi retenir contre soi cette joie étrangeQui descends du ciel vers la mer Albert CamusNoces à Tipisa. 1939Gallimard.

Avec la langue

Le langage est une peau : je frotte mon langage contre l’autre. C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout de mes mots. Mon langage tremble de désir. L’émoi vient d’un double contact : d’une part, toute une activité de discours vient relever discrètement, indirectement, un signifié unique,…

L’anomalie

-Je refuse d’être un programme, peste Meredith…Adrian, si cette hypothèse est la bonne, alors nous vivons une allégorie de la caverne, mais à la puissance n. Et c’est insupportable : passe encore que nous n’accédions qu’à la surface du réel, sans espoir d’accéder à la vraie connaissance. Mais que même cette surface soit une illusion,…

Le vaisseau fantôme

ERRANCE. Bien que tout amour soit vécu comme unique et que le sujet repousse l’idée de le répéter plus tard ailleurs, il surprend parfois en lui une sorte de diffusion du désir amoureux ; il comprend alors qu’il est voué à errer jusqu’à la mort, d’amour en amour.  1. Comment finit un amour ? –…

La petite vacance

Aujourd’hui tu es parti En voyage au bout d’un mondeTu as pris ta chanceD’une petite vacance Entre douze et seizeAprès avoir descendu La célèbre avenueOù les canes ont laissé placeA des snacks multicoloresTu es arrivé sur le Port Quand des gabians obèsesSe filaient pour engloutirLes reste de poissonsPréparés par les pêcheursSous l’ombrière en miroirDansaient têtes…

Personne ne gagne

Conclusion, ne tient rien qui ne tienne pas dans la poche de mon manteau. Tu dois te surveiller comme un obèse à la diète. La moindre broutille eut se retourner contre toi, et tu auras tout le temps de te repentir de ta négligence.Donc, tu vas chercher un nouveau costume,pense à arracher les étiquettes,et quand…