Oui au monde

Toutes les choses au hasard Tous les mots dits sans y penser Et qui sont pris comme ils sont dits Et nul n’y perd et nul n’y gagne Les sentiments à la dérive Et l’effort le plus quotidien Le vague souvenir des songes L’avenir en butte à demain Les mots coincés dans un enfer De…

Printemps

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !  Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire, Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !  Les peupliers, au bord des fleuves endormis,  Se courbent mollement comme de grandes palmes ;  L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;  Il semble…

Et les migrants ?

Nôtre mer, qui n’êtes pas aux cieux Qui embrasse les rives De l’île et du monde Béni soit ton sel Bénies soient tes profondeurs Accueille sur les vagues Les pêcheurs sortis dans la nuit Leurs filets parmi les créatures Qu’ils reviennent au matin Avec les naufragés sauvés. . Erri de Luca Ce qui me semble…

Au tout début

I Nous sommes au tout début, vois-tu. Comme avant toute chose. Avec Mille et un rêves derrière nous et sans acte.   Rainer Maria Rilke Notes sur la mélodie des choses. 1898

Mr. Robot

Je pensais que changer le monde C’était faire des choses Des actes Des combats Je n’en suis plus si sûr  Et si on changeait le monde rien qu’en étant là  En étant présents, même si on nous dit qu’on n’a pas notre place ? En restant authentiques Quand la honte nous pousse à mentir En…

culture maison

Le ciel, grand, plein de retenue splendide, une provision d’espace, un excès de monde. Et nous, trop loin pour nous laisser façonner, trop près pour nous en détourner. . Là-bas une étoile tombe ! Et notre désir à la voir, d’un regard bouleversé, rivé à elle et pressant : Quelles choses ont commencé et lesquelles…

Télégramme

Marseille, le 22 mai 1891 Déposé a 2h50 du soir Aujourd’hui, toi ou Isabelle, venez Marseille par train express. Lundi matin, on ampute ma jambe. Danger mort. Affaires sérieuses régler. Arthur, Hôpital Conception. Répondez.

Ciel Brouillé

On dirait ton regard d’une vapeur couvert ; Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert ?) Alternativement tendre, rêveur, cruel, Réfléchit l’indolence et la pâleur du ciel. Tu rappelles des jours blancs, tièdes et voilés, Qui font se fondre en pleurs les coeurs ensorcelés, Quand, agités d’un mal inconnu qui les tord, Les nerfs…

Dansons

Et à moi mes danses mes danses de mauvais nègre à moi mes danses la danse brise-carcan la danse saute-prison la danse il-est-beau-et-bon-et-légitime-d’être-nègre À moi mes danses et saute le soleil sur la raquette de mes mains . Aimé Césaire extrait du Cahier d’un retour au pays natal, que vous pouvez écouter ici, lu par…