ODE N° 41

On s’enivre, à tes côtés, herbes et millet noir, mon aimée. Te voir rend fou, te le roi Phalal, toi, ma souffrance, mon aimée. Tu offres grâce, là où tu vas, toi, douceurs du festin, mon aimée. Tu es toujours savoureuse, les douceurs périssables, mon aimée. Tes paroles, tantôt sont incandescentes, tantôt exquises, Tantôt, jument…