le vent de Paris derrière moi

Je traîne dans une petite fête foraine dans une rue des halles…je t’aime. j’ai tout à fait l’air d’une gitane, foulards, rubans dans les cheveux et je suis seule. je voudrais que tu sois là avec ta chemise ouverte jusqu’à la taille…à transpirer le sexe comme un gigolo…il y a des autos tamponneuses ici…des petites…