L’après-midi, ou l’automne de la vie

      … il est midi dans les années, c’est l’âge où le démon vous précipite au miroir afin d’y découvrir les premiers signes de la déchéance, où le sexe assourdi gronde amèrement, où les mains s’étonnent et se scandalisent de n’avoir pas davantage caressé et travaillé; leur douceur, leur chaleur et leur force deviennent un constant reproche, un remords lancinant, une sorte de désespoir. Il reste seulement la moitié de la route, la part faible et gâtée; et l’essentiel du monde et de la vie s’est refusé ou n’a pas été conquis. Une seule femme, éteinte dans le lit de l’habitude, le globe immense et divers resté loin des pas, tout le savoir à jamais fermé; et la mort désormais probable, bientôt certaine.

          La vie qui aurait pu être tout n’a rien été, le vent d’automne déjà appuie son rêve aux feuilles et dans le sol le regard mesure la dimension du corps.

          Il n’est plus temps déjà, et il est temps encore.

 

Alain Borne
Le Facteur Cheval
Les Editions du Palais Idéal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s