Bruits

164483694_a438d1ed4e« Il n’y a qu’un même rêve de mise en forme des bruits, d’extraction du beau hors du chaos.

Il n’y a la ni progrès ni régression, mais quelque chose comme un sens, une tension à l’avant-garde de tout changement dans l’ordre social.

Une quatrième période a commencé à partir du début du XX° siècle, faite de musiques répétitives, fondues dans le creuset de la musique noire américaine, appuyées par une formidable demande de la jeunesse mondiale et sur une nouvelle organisation économique qu’ont rendu possible l’enregistrement et la diffusion –matérielle puis immatérielle- de la musique.

Les multiples formes qu’elle prend aujourd’hui laissent deviner, pour le XXI° siècle, l’avènement d’une mondialisation métissée, d’une société du signe où toute angoisse s’oubliera dans le divertissement, où toute information, toute relation humaine, tout rapport social se noueront dans l’argent. En même temps qu’elle laisse espérer une possibilité d’y échapper par une économie de la gratuité et de la fraternité. »

« Bruits ». Jacques Attali. Ed Fayard-PUF Nouvelle édition 2001

Robert Hood . « Hate transmissions ». Detroit USA.2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s