Alger était malade

        Pataugeant dans ses crottes purulentes, elle dégueulait, déféquait sans arrêt. Ses foules dysentériques déferlaient des bas-quartiers dans des éruptions tumultueuses. La vermine émergeait des caniveaux, effervescente et corrosive, pullulait dans les rues qu’étuvait un soleil de plomb.         Alger s’agrippait à ses collines, la robe retroussée par-dessus son vagin éclaté, beuglait les diatribes diffusées…

La mante religieuse

Une fois, dans un pré, Sid Ali le poète avait attrapé une mante religieuse. C’était par une belle journée de printemps. Il y avait des fleurs partout.Sid Ali  m’a montré l’insecte et m’a demandé si j’étais au courant qu’à l’origine la mante était une feuille. J’ai dit que je l’ignorais. Alors Sid Ali m’a raconté…

La condition humaine

Cinq boulettes. Depuis des années il en s’en tenait là, non sans peine, non sans douleur parfois. Il gratta le fourneau de sa pipe ; l’ombre de sa main fila du mur au plafond. Il repoussa la lampe de quelques centimètres ; les contours de l’ombre perdirent. Les objets aussi se perdaient : sans changer…

L’endroit le plus …

Le dernier samedi de terminale, Calista était montée avec Jess, Kai et Alessandra jusqu’au Sunset Ridge du mont Tamalpais. Dans une clairière, ils avaient allumé un feu interdit – l’idée d’Alessandra était de brûler leurs cahiers et leurs manuels pour marquer la fin de leur ancienne vie. Les collines jaunes plongeaient dans l’ombre – en…

Génération X

Elvissa est la meilleure amie de Claire. Elles se sont rencontrées il y a quelques mois chez I. Magnin au comptoir Bijou et Bidules de Claire. Elvissa, malheureusement, n’est pas on vrai nom. Son vrai nom est Catherine. Je suis le créateur d’Elvissa, nom qui lui a collé à la peau la première fois que…

Sarajevo

La ville assiégée était une expérience à l’échelle 1:1. Dès que l’on s’y penchait, les choses changeaient, du simple fait que l’on s’y était penché : et ainsi n’y avait-il pas, contrairement aux apparences, de témoins. Tout le monde était acteur. Tout le monde faisait la guerre. Voir des images à la télévision, à des…

Danse le Mia, en mode zoukouss

A l’époque, simple gardien de la paix, il justifiait (auprès de sa coulie concubine) ses absences nocturnes par des histoires de plan Orsec expérimental, et hantait les viviers féminins de zoucs, bals, et d’autres coulés-sirop. Cette nuit-là, il avait choisi La Bananeraie, paillote en vogue, où musiquait l’orchestre italien de Nemours Jean-Baptiste. Après un décollage…