Iréêve

Cet hivernage de la pensée occupée d’un seul être que l’absence s’efforce de plaquer à mi-longueur du factice et du surnaturel . René Char Lettera amorosa 1947-1949

Al que quiere !

Les chants d’oiseaux extatiques martèlent la creuse immensité du ciel dans un cliquetis métallique – fouettant la couleur dans le lointain, – fouettant, fouettant avec une ardeur croissante, triomphante – l’excitant, l’échauffant, éveillant en elle un changement irradiant, – explosant sauvagement contre elle tandis que, scindant l’horizon, un lourd soleil se soulève – est soulevé…

Dit de la Force et de l’Amour

Entre tous mes tourments entre la mort et moi Entre mon désespoir et la raison de vivre Il y a l’injustice et ce malheur des hommes Que je ne peux admettre il y a ma colère Il y a les maquis couleur de sang d’Espagne Il y a les maquis couleur du ciel de Grèce…