Al que quiere !

Les chants d’oiseaux extatiques martèlent
la creuse immensité du ciel
dans un cliquetis métallique –
fouettant la couleur
dans le lointain, – fouettant, fouettant
avec une ardeur croissante, triomphante –
l’excitant, l’échauffant,
éveillant en elle un changement irradiant, –
explosant sauvagement contre elle tandis que,
scindant l’horizon, un lourd soleil
se soulève – est soulevé –
petit à petit au dessus de l’orée
des choses, – déboule enfin
à l’air libre – ! pesamment
glorifié en plein essor –
les chants cessent.

 

William Carlos Williams
Al que quiere ! 1917
Aube
Ed La Nerthe

William-Carlos-Williams-1024x576

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s