Equipée

moby131Rongé au dedans et brûlé au dehors par la morsure incessante et implacablement identique d’une idée fixe, [le capitaine Achab] apparaissait comme le personnage accompli, l’homme entre tous fait pour lancer le feu et lever sa lance sur le plus effrayant de tous les monstres.(…) Tel était donc ce vieil homme impie, ce vieillard à cheveux gris qui pourchassait, le blasphème à la bouche, une baleine de Job tout autour du monde, à la tête d’un équipage en moitié composé de métisses renégats, de réprouvés et de cannibales – dont la valeur morale était encore affaiblie par l’incapacité à y rien changer que montraient la seule vertu du strict et bien intentionné Starbuck, l’inentamable jovialité tout indifférente et la témérité insouciante de Stubb, la médiocrité générale de Flask. Pareil équipage, avec un tel état-major, semblait spécialement choisi et réuni par une infernale fatalité pour assister Achab dans sa folie vengeresse.

Herman Melville. 1850
Chapitre XVI – Moby Dick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s