Glissant

     Ecume pluie tête clamée battements d’eau pluie

     ô livraison de mes visages l’enlacement clarteux la jonction noueuse de ces deux fleuves d’avant première de la tempête
     je roule calloge l’eau la vague l’écume je me lave roche moi roche la mer paresse dans mes golfes la mer inonde ma présence
     écume le paysage vire une concentration germe la ligne de l’horizon passe au lieu primordial de ma joie les arbres me dédient l’envolée sèche de leurs feuilles
     la boue des ravines vers ma pauvreté coule sa patiente rumination un quai
     doucement pourrit sa paix limoneuse

     Et mes sens réunis  ma peau granuleuse j’exhale
     ma maison ma solitude Taoulo ma voix
     fouette écrase Taoulo siffle

     et la terre du fond coléreux de sa matrice vers moi soulève mes éblouissements
     l’air enrubané de pluie m’envahit ô la camisole de force de l’air
     Taoulo et la sang près de moi dépose des écharpes de jaunissure

     et le temps rafle l’invisible vitesse
     désœuvrement pourrissant d’un mangot sur la roche.

Edouard Glissant
Roche
LE SEL NOIR
Le sang rivé (1947-1954) / Saison unique

En mode haïku: sensations à la lecture de sa poésie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s