L’œil

La Nature donne satisfaction à un plus noble besoin de l’homme — l’amour du beau. Les anciens Grecs appelaient le monde κόσμος ; beauté. Les choses sont ainsi organisées, que la faculté plastique de l’oeil humain est telle que les formes primordiales, le ciel, les montagnes, les arbres, les animaux nous procurent un plaisir qui leur est propre, — un plaisir qui naît de la ligne, de la couleur, du mouvement, de l’harmonie des groupes. Il semble que cela appartienne en partie à l’œil lui-même. L’œil est le meilleur des artistes.
Si l’œil est le meilleur des dessinateurs, la lumière est le meilleur des coloristes. II n’est pas d’objet, si repoussant qu’il soit, qu’une vive lumière n’embellisse. L’excitation qu’elle donne aux sens, et l’espèce d’infinité dont elle jouit, comme l’espace et le temps, donnent de la gaité à tous les objets.

 

Raph Waldo Emerson
La Nature – La Beauté
Essai. 1836

Une réflexion sur “L’œil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s