Orage de printemps

J’aime l’orage au mois de mai,
Quand le tonnerre du printemps
Roule dans le bleu d’un ciel frais,
Comme jouant et folâtrant.

De jeunes craquements ricochent,
L’averse gicle, la poussière vole,
Des perles de pluie s’accrochent
A des fils que le soleil dore.

Un torrent fou dévale la montagne,
Dans les bois chantent les oiseaux,
Et à ces chants et à ces gammes,
Le tonnerre fait gaiement écho.

On dirait qu’Hébé en servant
A boire à l’aigle de son père,
A renversé étourdiment
Un verre pétillant de tonnerre.

1838

Fiodor Tiouttchev
Poèmes
Ed Interférences. 2018
Traduit du russe par Sophie Benech

orage-2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s