ODE N° 41

On s’enivre, à tes côtés, herbes et millet noir, mon aimée. Te voir rend fou, te le roi Phalal, toi, ma souffrance, mon aimée. Tu offres grâce, là où tu vas, toi, douceurs du festin, mon aimée. Tu es toujours savoureuse, les douceurs périssables, mon aimée. Tes paroles, tantôt sont incandescentes, tantôt exquises, Tantôt, jument…

Mieux faire fêtes

(…) Nul ne sera maître du monde, Mieux faire fêtes, donner festins. Homme ! Toi, descendant d’Adam, Que maudite soit ta promesse. De ces plaisanteries, – lassé, Ma patience s’est épuisée. Amis devinrent ennemis, De ces ennemis, las je suis. (…) SAYAT-NOVA Poète du XVIII° siècle Odes arméniennes Las je suis L’Harmattan. 2006