Frère Soleil

sun1

Béni soit le soleil identique sur d’autres terres
Qui fait de tous les hommes mes frères,
Puisque tous les hommes, un moment ou l’autre dans
     la journée, le regardent comme moi,
Et en ce bon moment
Tout limpide et sensible
Ils retournent imparfaitement
Et dans un soupir qu’ils sentent à peine
A l’Homme véritable et primitif
Qui voyait le soleil naître et ne l’adorait pas encore.
Car cela est naturel – plus naturel
Que d’adorer de soleil et par la suite Dieu
Et par la suite tout le reste de ce qui n’existe pas

.

.

Fernando Pessoa
(Alberto Caeiro)
Poèmes païens
Le gardeur de troupeaux (1914-1930)/ XXXVIII

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s