Sous le voile de la beauté

Elle était prodigieusement belle, avait dit William. Mais la beauté n’était pas tout. La beauté avait son inconvénient – on l’évoquait trop facilement, trop complètement. Elle figeait la vie – la glaçait. On oubliait les petits frémissements; un rosissement, une pâleur, telle étrange altération des traits, telle ombre ou telle lumière, qui rendaient le visage un instant méconnaissable tout en y ajoutant une qualité que dès lors on revoyait toujours. Il était plus simple d’estomper tout cela sous le voile de la beauté.

Virginia Woolf
Vers le Phare
Folio. 1929

adjani-263407-mortelle-randonnee-1983

Isabelle Adjani « Mortelle randonnée ». 1983

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s