Assassin mon frère pardon

Chrétien ou pas, peut-être dans le fond
je pardonne au terroriste
il ne savait pas ce qu’il se faisait
il croyait mal – on lui a fait croire
mais puisque je ne lui en veut pas – à lui
lui disant, je lui refuse
ce droit de finir en martyr


S.M.
Marseille, 25 décembre 2016

Version, ma déclinaison,
d’après « l’abcès », de Michel Butor,
poème écrit a Paris en 2015, après les premiers attentats

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s