Max Richter et Virginia Woolf

« Three Worlds: Music from Woolf Works »
de Max Richter,disponible depuis le 27 janvier chez Deutsche Grammophon / Universal

« Mrs Dalloway », « Orlando » et « Les Vagues ». Trois œuvres, trois romans, trois mondes dans lesquels l’immense Virginia Woolf avait pris le soin d’y décrire avec justesse la minutie existentielle. Minutie qui n’a pas échappé à Wayne McGregor, chorégraphe, et à Max Richter, dont nous connaissons toutes les majestés. En s’emparant des œuvres de l’auteure britannique, ce dernier compose « Three Worlds: Music from Woolf Works » comme s’il peignait à main levée les souffrances de Woolf et ses personnages. Des sonorités orchestrales, des instruments solistes et des voix parfumées de mélancolie : la recette ne pouvait fonctionner qu’au-delà de la transcendance artistique, de cette sommité si particulière que Max Richter atteint à chaque fois. Dire que ce disque est somptueux est un euphémisme.  En lire plus 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s