Tristan Tzara

comme le vol des fleurs nocturnes grimpent avec le feu
vers la voie lactée
les routes de lumière la chevelure des pluies irrégulières
et les kiosques artificiels qui volent veillent dans ton coeur 
quand tu penses je vois
matinal
qui crie
les cellules se dilatent
les ponts s’allongent et se lèvent en air pour crier
autour des pôles magnétiques les rayons se rangent comme les
plumes des paons
boréal
et les cascades voyez-vous ? se rangent dans leur propre lumière
au pôle nord un paon énorme déploiera lentement le soleil
à l’autre pôle on aura la nuit des couleurs qui mangent les
serpents
glisse jaune
les cloches
nerveux
pour l’éclaircir les rouges marcheront
quand je demande comment
les fosses hurlent
seigneur ma géométrie

Tristan Tzara
Ouvres complètes / De nos oiseaux
Circuit total par la lune et par la couleur
1912 Flammarion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s