Chemin de montagne

tang1

A l’extrémité des nuages blancs
A l’infini s’étire un sentier
Le printemps longe un long ruisseau bleu
De temps à autre des pétales tombent à l’eau
Leur parfum se répand au lointain
Une porte s’ouvre sur le chemin de montagne
Un pavillon de lecture s’isole derrière des rangs de saules
Des points lumineux se faufilent à travers l’ombre épaisse
Et dansent silencieusement sur mes vêtements.

 

Liu Shenxu (VIII°)
La dynastie des Tang
Les plus beaux POEMES LYRIQUES

Traduits par SHI Bo
Ed Quimétao. 2000

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s