La chasse à l’instant

Je ne suis pas fait de lumière
mais son immensité m’a saisi.

Si je n’émergeais pas de l’eau,
qui pourrait me voir ?

Je m’efforce de happer l’instant
alors qu’il est éclair.
A peine me touche la fatigue
que surgit derrière moi une lueur;
née au lointain,
chargée de paroles convenues
aux teintes passées
et qu’habite vermine rongeuse de sens.

A force de me chercher,
je n’aperçois que l’autre,
qui ose vivre chez moi,
dans mon lit,
dans mes tiroirs, au plafond
et dans le mince espace
entre torpeur et veille.

Comment retrouver
la goutte première de la source
et sous mes flots la couleur des galets !

Je ne suis pas fait de lumière
mais, purifié,
m’arrête à la porte,
la caresse de mes mains, mes joues, mes lèvres.

Si je découvre alors que je suis seul
à la frontière de la nuit,
je saurai que la voix est mienne
et que je suis presque arrivé.

 

Chawqî Baghdâdi
Où suis-je maintenant
Syrie. Ed Alidades. 2012
Traduit de l’arabe par Caude Krul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s