Tout le jour

Oui, plus que tout, je le confesse,
C’est toi que j’aime, ô Terre-mère !
Je suis ton fils, peu m’intéressent
Les voluptés d’esprits sans chair.
Au paradis je te préfère,
Temps de l’amour, temps du printemps :
Mai, ses rêves d’or, sa lumière,
Son bonheur en fleurs jaillissant !

Tout le jour, sans cesser la fête,
Boire, tiède, l’air printanier ;
Dans le ciel pur, haut sur nos têtes,
Regarder les nuées passer ;
Errer sans but et sans ouvrage,
Et par hasard, comme en un jeu,
Découvrir un parfum sauvage,
Ou quelque rêve lumineux.

.

1836

Fiodor Tiouttchev
Poésies
Éditions l’Âge d’Homme
Traduction du russe par Paul Garde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s