Eros

eros1.jpgCar, dès que je te vois,
ne fût-ce qu’un instant,
je ne peux dès lors
exhaler aucun son,
mais ma langue se brise,
un feu subtil se glisse
aussitôt sous ma chair:
je ne voix rien de mes yeux,
et mes oreilles bourdonnent,
une sueur m’inonde:
un tremblement,
de moi toute s’empare
.
.
SAPPHO (-600 avant J.C. Grèce)
extrait « A une aimée »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s