Peu importent les rimes

Peu importent les rimes. Rarement
il est deux arbres semblables, l’un auprès de l’autre.
Je pense et j’écris ainsi que les fleurs ont une couleur
mais avec moins de perfection dans ma façon de m’exprimer
parce qu’il me manque la simplicité divine
d’être en entier l’extérieur de moi-même et rien de plus.

Je regarde et je m’émeus.
Je m’émeus ainsi que l’eau coule lorsque le sol est en pente,
et ma poésie est naturelle comme le lever du vent

 

Fernando Pessoa
POÈMES PAÏENS
Alberto Caeiro – Le gardeur de troupeaux
Ed. Christian Bourgeois

goldchene

Vallouise, 27 Octobre 2016
Chemin de la Pinée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s