sans envers ni endroit

Clarté de l’eau, pure et si limpide
vue jusqu’au fond, naturellement
Sans aucun trouble dans le coeur
dix-mille situations ne peuvent détourner
Si le coeur n’entreprend plus, en vain
pour l’éternité il ne change plus
Si l’on peut comprendre Cela
c’est la Connaissance sans envers ni endroit

 

Han Shan (VII° siècle)

chan5.jpg

LES YEUX DU DRAGON
Une anthologie de la poésie chinoise
Traduction Daniel Giraud. Ed. Le bois d’Orion.1993

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s