Falk

Il y a peut-être des marées dans les affaires de l’humanité, qui, si l’on profite du flot montant… Pour ma part, j’en suis encore à attendre ce virage important. Et je crains bien qu’une grande majorité d’entre nous ne soient destinés à barboter à jamais dans les eaux mortes d’une mare dont les rives sont vraiment arides. Mais je sais qu’il y a souvent dans les affaires des hommes des moments exaltants inattendus, illogiques même, où un son par ailleurs insignifiant, peut-être seulement un geste tout à fait banal, suffit à nous révéler toute la déraison, toute la stupide déraison, de notre autosatisfaction.

Joseph Conrad
Falk
Ed. Autrement.1997

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s