Départ

Capitaine il est temps
Levons l’ancre Déjà
l’aurore est sur la ville
Et la lune pâlit
comme les souvenirs
Où l’on va ? Je ne sais
Mais les marins sont prêts
Le vent est aux agrès
L’inconnu nous accueille
Par qui on redevient
les enfants qu’on était

Georges Haldas
Poésie complète
Vingt poèmes à la nuit de rose / Départ
Ed. l’âge d’homme. 2000

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s