Nuit insensée

       De mon côté, j’invitais une jolie blonde. Son corps collé au mien me donna des frissons, elle me serra un peu plus contre elle, je vis entre les fêtards Sara embrasser son cavalier. Je lui fis un clin d’œil qui n’arriva pas à destination.
          Cette nuit insensée paraissait s’affranchir du temps, elle l’isolait sous la forme d’une île luxuriante. Si quelqu’un était venu me demander ce qu’il y avait au-dessus de cette cave; j’aurais été incapable de répondre.
          Ma partenaire me parlait dans une langue slave, je la relançai en italien et tout se passa bien.
(…)
Je le pris sur mon dos remontai à la surface.
La lumière m’éblouit.

 

Aurélien Manya
Avec le Feu
Gallimard – L’Arpenteur. 2018

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s