vacance de soi

Un séjour ailleurs, lors de congés ou d’un voyage, donne une forme géographique à la vacance de soi, une manière homéopathique de se défaire pendant des jours ou des semaines des exigences de la vie professionnelle, personnelle ou familiale. Moment de suspension des contraintes habituelles de l’identité, espaces où les rôles sont redéployés avec des acteurs différents dans un contexte où tout devient possible car chacun choisit son mode d’être sans que nul ne le connaisse et puisse s’en étonner ou lui reprocher son allure dans ses comportements. Moment de parenthèse, sorte de récréation sociale où les pôles coutumiers cessent  de régir la vie quotidienne au profit d’une brève liberté de mouvement.

David Le Breton
« S’absenter »
Disparaître de soi – Une tentation contemporaine
Ed Métailié. 2015

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s