Fracassés

TROIS. Tout nous appartenait
UN. On s’en prend plein la gueule mais
TOUS. Debout on restait
TROIS. On était jeunes et on se faisait confiance
DEUX. Tout ça était romantique et vrai.
TROIS. On était frénétiques, explosifs, on riait, on hurlait,
UN. Sous l’immensité du ciel, on se serrait les coudes en soirée.
DEUX. Mais, ah, quelque chose est arrivé.
TROIS. Nos yeux ont
UN. Rétréci
TROIS. Et nos rêves ont
UN. Failli.
DEUX. On a vieilli, quoi. On a eu des responsabilités.
UN. On s’est mis à voir notre insolence comme de l’arrogance et de la débilité.
DEUX. On avait été rebelles
TROIS. Et en colère
UN. Et solidaires,
TROIS. Mais le temps a passé et on s’est rendu compte
DEUX. Rien
UN. Ne dure
TROIS. Toujours
DEUX. Alors maintenant on porte ça en nous, qu’avant on était
UN. Immortels,
DEUX. Avant que le monde nous dépasse et qu’on oublie pourquoi on vit.
TROIS. On est devenus à la fois
UN. Le mec dans la prison,
DEUX. Le maton,
TROIS. Et la clé de la porte de la prison.
DEUX. Avant, on flottait à la surface
UN. Jusqu’au jour où on a coulé et touché le fond.
DEUX. On s’est rendu compte,
UN. Qu’il n’y avait que ça.
TROIS. Vraiment rien de plus que ça.
UN. Fixer désespérés
DEUX. Le goulot d’une bouteille vide
TROIS. Pour lui demander de nous donner
TOUS. Plus que ça.
UN. Le cœur battant
TROIS. Bien plus lentement qu’avant, le stress augmentant que les paiements urgents,
DEUX. Un million de petits passe-temps juste pour remplir l’emploi du temps,
TROIS. Nos visages plus gris qu’avant. C’est plus notre monde maintenant,
UN. Il appartient à d’autres.
DEUX. On est moins tolérants
TROIS. Et plus égoïstes.
DEUX. Moins indépendants
TROIS. Et plus tristes.
DEUX. Mais pourtant,
UN. On s’accroche à la ville, on lâche rien,
DEUX. On essaie de faire son trou, chacun dans son coin.
TROIS. La vie est belle,
UN. La vie est cruelle.
DEUX. Répétitions, tourner en rond
UN. On vit comme si les plus beaux jours de notre vie
DEUX. Avaient déjà été engloutis.
UN. Et honnêtement,
TROIS. Comment faire pour se relever et reprendre les rênes,
DEUX. Quand tout ce qu’on veut vraiment, c’est tuer nos rêves et faire péter nos têtes
TOUS. Bam

 

Kate Tempest
Fracassés
Ed de l’Arche. 2018

Création à la MAC Créteil, 10 oct. 2018
Mise en scène: Gabriel Dufay
Avec: Clément Bresson, Gabriel Dufay et Claire Sermonne
Prod: Cie Incandescence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s