Présence

Je vis dans une attente perpétuelle.
Tu viens et le temps glisse comme dans un rêve.
C’est quand tu t’en vas que je prends vraiment conscience de ta présence.
Et alors il est trop tard.

Henry Miller et Anaïs Nin
Correspondance passionnée 1932-1953 
Stock. 1989

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s