Maintenant

Oui c’est pour aujourd’hui que je t’aime ma belle
le présent pèse sur nous deux et nous soulève
mieux que le ciel soulève un oiseau vent debout
c’est aujourd’hui qu’est née la joie et je marie
la courbe de la vague à l’aile d’un sourire
c’est aujourd’hui que le présent est éternel

(…)

Ce minuit-là nous fûmes les enfants d’hier
sortant de leur enfance en se tenant la main
nous nous étions trouvé retrouvés reconnus
et le matin bonjour dîmes-nous à la vie
A notre vie ancienne et future et commune

A tout ce que le temps nous infuse de force

 

Paul Eluard
Le château des pauvres. 1951

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s