illumination

illumination.jpg


Que je gravisse ma véranda, je m’arrête, je me demande si vraiment cela est,
L’illumination matinale à ma fenêtre me plaît mieux que la métaphysique dans les livres.

Ah ! La naissance de l’aube !
La petite lumière éclipsant les gigantesques ombres diaphanes,
Et cette suave saveur de l’air contre mon palais !

Fardeaux du monde mouvant d’où suinte la fraîcheur se lèvent en silence la moindre       innocente gambade,
S’enfuient obliquement, bas et haut.

Un quelque chose d’invisible darde ses fourches lascives,
Dans le ciel se diffusent des mers d’une juteuse clarté.

Si proche la terre dans sa visite au ciel quotidienne, l’étreinte de leur jonction,
Et ce défi, dessus ma tête, dans la minute même, que me lance l’orient,

Walt Whitman
Feuilles d’herbe
Chanson de moi-même #24. 1891

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s