Tranquilles et placides

fernando-_jose-de-almada-negreiros-retrato-de-fernando-pessoa-1935

(…)

Pas plus de joies
Que de tristesses
Dans notre vie ;
Lors donc, sachons,
Sage insoucieux,
Non pas la vivre
Mais son cours suivre,
Tranquilles et placides,
Tenant les enfants
Pour nos maîtres,
Et les yeux gorgés
De nature…

Au bord d’un fleuve,
En bord de route,
Au gré des aléas,
Sans cesse dans le même
Repos léger
De nous trouver en vie.

(…)

« Retrato de Fernando Pessoa »
1935, José de Almada Negreiros

POEMES PAÏENS
Odes retrouvées (1914-1934)
Fernando Pessoa
Ricardo Reis
Ed. Christian Bourgois / Seuil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s