Soutra du Diamant

Eloge du Soutra du Diamant*: rêves

Ayant longtemps dormi dans le seuil de l’obscur,
L’esprit partait en rêves, toujours vers d’autres rêves,
Tandis que ma personne demeurait sans bouger,
Mille vues dans le vide pour moi se déployaient.
Dans l’automne trompeur apparaissent des lois,
En fait n’est là personne, soudain voici quelqu’un.
Très loin au fond de moi réside la conscience,
Les rêves dispersés, je vois le vrai du ciel.

WEILIN DAOPEI (1615-1702)

* livre sur l’essence de la vacuité  et de la sagesse selon le bouddhisme; il fut traduit du sanscrit en chinois vers 400 après JC

chan4.jpg

Chen Hongshou (1598-1652).Freer Gallery of Art. Smithsonian Institution. Washington

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s