Vous me tuez toutes les choses

Je redoute tant la parole des hommes.
Ils expriment tout de manière si claire :
et cela c’est un chien, et cela s’appelle une maison,
et voici le début, et la fin est là-bas.

 

M’inquiète aussi leur esprit, leur jeu avec la raillerie,
ils savent tout ce qui sera et ce qui fut ;
ils ne s’émerveillent plus d’aucune montagne ;
leur jardin et leur terre confinent directement à Dieu.

 

Je veux toujours mettre en garde et défendre : restez à distance.
J’écoute si volontiers les choses chanter.
Vous les touchez: elles sont immobiles et muettes.
Vous me tuez toutes les choses.

 

Rainer Maria Rilke
Pour me fêter. 1897

nuiville2.jpg

Agadir la nuit (Maroc)


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s