Hic et Nunc

Nous décomptons souvent ce qui nous reste à souffrir. C’est la source de notre malheur. La perspective des heures à endurer est plus lourde que le fardeau lui-même. Les vieux maîtres de la tradition Zu Ch’an, ancêtre des doctrines zen, enseignaient au contraire l’art de la parfaite momentanéité. Ils travaillaient à se saisir de l’instant comme on attrape un papillon dans un filet de soie. Le secret est de s’extraire de la glue de la durée. Pour éprouver toute l’intensité du moment, il ne faut plus le rapporter à l’expérience du passé ou à l’espoir de l’avenir. En refusant de mesurer la vie avec la toise du temps qui passe, on captera l’énergie de l’immédiat. Krishnamurti, héritier du Zu Ch’an, professait que “le présent est la seule porte de la réalité”. Il invitait à la pousser et appelait adéquacité cette faculté à goûter totalement les circonstances du moment. Le penseur Daisetz Teitaro Suzuki écrivait en écho que “l’infini est dans le fini de chaque instant”. La révolution n’est donc pas pour demain dans les rues insurgées, mais elle est permanente, en soi, ici et maintenant. Hic et nunc, camarade !

 

Sylvain Tesson
Éloge de l’énergie vagabonde
Pocket.2009

forest_12208684_1203420243007464_1047921311521117753_n.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s