Prosodie

Tension
entre les temps
que développe la syllabe
Rapport
quantique d’intensité
quantité de phénomènes amassés
De là
naît le chant
là repose ce que je cherche
Je suis
dans la rupture
le rythme syncopé
Le vers
mon quantique intime
entre brisures assonances et allitérations
Charon passeur de Styx
en harmonie initiative
nocher des enfers
Puis
la strophe étrécie
l’obole sous ma langue
fin du voyage orphique
car à peine une règle éprouvée
fût-elle asymétrique
il faut la briser encor
pour que de sa cage
se libère le langage
Un vers est une période
qui contient le temps du verbe
et le temps de sa durée
Insidieuse la rime induite
pourvu qu’aussitôt elle disparaisse
disparaisse traîtresse anaphore
(pédant le terme inconnu
sauf le Gérald évidemment
mais pas question de faire le malin
le mot reluit comme une amphore
dont il convient d’éluder le e)

La terreur massive du réel
chute

Serge Delaive
Art Farouche
Editions de la Différence.2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s