Le dépouillement saisonnier

Longtemps, nous avons appris les cavernes
Des sens et les politesses du temps
Au sein de nébuleuses intervallaires ;
L’automne flatte la beauté des feuilles
Mortes. L’épure rythme leur danse ;
Accordé à la pluie, le cœur absout
Le dépouillement saisonnier

 

NIMROD
Passage à l’infini
« Soir d’automne »
Obsidiane.1999

soird

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s