du ciel vers la mer

Je comprends ici ce qu’on appelle gloire 
Le droit d’aimer sans mesure
Il n’y a qu’un seul amour en ce monde :
Étreindre un corps de femme
C’est aussi retenir contre soi cette joie étrange
Qui descends du ciel vers la mer


Albert Camus
Noces à Tipisa. 1939
Gallimard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s